mercredi 16 novembre 2016

"Fluid HP" de Noël

Le "fluid hot process", c'est le nom donné à une méthode sur le web-savon anglophone. Il s'agit d'un savon au chaudron, ici cuit à la mijoteuse, avec des ajouts qui gardent la pâte assez fluide pour faire un marbrage.

Je partage ici quelques références pour les intéressé(e)s :

Hot process :
https://www.youtube.com/watch?v=scokYOkLcQo

Fluid HP :
http://www.lovinsoap.com/2016/11/fluid-hot-process-soap-tutorial-recipe-fluid-hp/

J'ai choisi de franchir ce pas, à cause des bénéfices vantés par mes lectures. Je voulais l'expérimenter par moi-même.

Ce que j'ai lu des avantages du HP :

1) Préservation des qualités des huiles ou beurres ajoutés à la fin en surgras
2) Préservation de l'odeur et d'une partie des bénéfices des HE ajoutées sous le point éclair (mais on les rince, hein? Faut pas devenir fou non plus et croire que le savon va tout guérir, il va vous laver hé hé!)
3) On peut utiliser le savon dès le lendemain et si on le laisse tranquille une petite semaine--> "good to go"

Ce qui m'intéressait moins, c'était le look rustique. Quand j'ai vu qu'en ajoutant eau, lactate de sodium, yogourt, HE, on pouvait garder la pâte assez fluide pour faire des marbrages, alors je me suis laissée convaincre d'essayer.

Je me suis appuyée sur l'article ci-haut, mais j'ai fait une formule plus à mon goût.

Huile d'olive raffinée 61,1%
Huile de coco extra vierge 13,9%
Beurre de karité 11,1%
Huile de palme 10,6%
Huile de ricin 3,3%

Lactate de sodium 3% du poids des huiles
Sucre 0,5% poids total de la préparation

Eau déminéralisée et soude calculés pour un surgras de 8%

Après cuisson de la pâte
Le reste d'une crème hydratante légère d'été, il en restait 36g (pour 1,8kg d'huiles)
4% d'HE, un mélange à peu près égal de pin sylvestre, lavande 40/42 et menthe poivrée, avec quelques gouttes de benjoin pour sucrer l'odeur, mais très légèrement.

D'abord, j'ai volontairement augmenter la quantité d'eau, la concentration de soude était à 26%. J'ai ajouté sucre et lactate de sodium dans l'eau avant de mettre la soude.

Les huiles ont fondu lentement dans la mijoteuse pendant que la soude refroidissait légèrement. Comme c'est du HP, j'ai tout mélangé ensemble autour de 55ºC. Il y avait beaucoup d'eau, donc trace lente à venir, mais une fois que j'ai eu une trace moyenne, j'ai couvert et laissé cuire à "low" pour environ 15 minutes.


Le grand défi pour moi était de repérer les étapes. J'ai choisi de me faire confiance, car il m'est déjà arrivé de brûler mon savon. Ce que je retiens et partage avec vous : ça cuit quand même assez rapidement. Dans le cas présent, il était prêt en 40 minutes.

Après 15 minutes



25 minutes...


J'ai négligé de prendre une photo après, car à ce stade-là j'ai ajouté la crème hydratante (chauffée au bain-marie pour éviter un durcissement de la pâte - merci Linda!) et les HE... L'aspect de la pâte était moins grumeleux, un peu plus foncé et effectivement, semblable à de la vaseline.

La crème



Les HE


Puis là est intervenue mon endurance musculaire suivie de sueur et d'exaspération. J'avais préparé des couleurs dans 3 contenants. Je n'avais pas prévu que ce serait si difficile à homogénéiser et que je brasserais aussi vigoureusement, inquiète de voir la pâte chaude durcir un peu, donc il fallait travailler vite. La majeure partie de la pâte était au chaud dans la mijoteuse éteinte, mais je devais en sortir pour chaque étage de couleur. J'ai eu chaud. Puis comme si ce n'était pas assez, j'ai décidé d'utiliser le cintre pour marbrer tout cela, car les taches de couleurs m'apparaissaient ennuyantes.


Pour le marbrage et le choix d'HE, une thématique de Noël. Il sent très bon. Je ne croyais pas que le pin soit bon joueur avec les autres, mais il a gardé une place discrète pour supporter le mariage lavande et menthe poivrée. J'ai espoir, cette fois, que la lavande tienne un peu, quand même...

Démoulé et coupé 7 heures plus tard. J'aurais pu attendre un peu plus, il était encore pas mal mou...

Vous voulez voir?






Une idée de la mousse juste à rincer la mijoteuse sans rien ajouter...


Et vous, quel savon de Noël aimeriez-vous faire?

jeudi 20 octobre 2016

Le savon des fonds de bouteilles

Vite, vite, enfin, j'ai quelques minutes à moi ... pour réaliser que mes armoires de cuisine débordent et qu'un ménage s'impose.

Voyons : un fond de bouteille de macérat d'achillée millefeuille sur coco fractionnée datant de septembre 2015. Il sent encore bon, l'huile est stable. Allez! Dans un savon! Un pot de karité avec un fond de 68g ----> dans le savon. Des baumes de toutes sortes bourrés de HE de toutes sortes, des baumes que je me garde dans des petits pots en métal pour tester leur efficacité et leur longévité ---> ouste vous-savez-où.





Les baumes. Ici, baume calendula-lavande, baume décongestion aux 4 HE, baume au plantain et baume musculaire.


Maintenant, composer une formule autour de cela. Bon, pour les baumes, facile : je réduis le surgras par réduction de soude et j'ajoute les baumes fondus aux huiles. C'est réglé. Il faudra faire le savon à plus haute température cette fois. Pas peur, je passe de la petite enfance à l'enfance des savonnières, surtout depuis que j'ai fait un savon transparent. Ça a eu un effet de passage initiatique. Mais je ne vous en ai pas parlé? Désolée, j'étais tellement pas sûre que ça fonctionnerait que j'ai zappé!

Une petite photo quand même?


Mais je m'égare. Alors, oui, une formule... Je sais ce que j'aime maintenant (pré-adolescence? Ha ha!) et avec les calculateurs, ça va. J'ai dû me rabattre sur SoapCalc, même si je préfère Mendrulandia, car ce dernier n'offre pas l'huile de caprylis (coco fractionnée) dans ses choix. C'était pas simple, entrer la quantité exacte de ce que j'avais, puis composer autour avec d'autres huiles en stock. Oui oui je sais, j'en ai quand même beaucoup en stock, j'aime la diversité! :)

L'odeur maintenant... Je pense épicé, à cause des baumes SI certaines odeurs subsistent, mais avec une note d'agrume. Donc eucalyptus, cardamome, clou et ORANGE 10x, une merveille de Creations from Eden, elle est même décolorée, donc ne change pas la couleur du savon. Pour accentuer l'agrume, une touche de fragrance de néroli. Ça me fâche, à la longue, que les HE notes-de-tête et notes-de-coeur s'évaporent si vite! Je n'utilise plus de HE de lavande dans les savons pour cette raison.

Mystère complet sur le résultat... Ce sont les savons que je préfère faire, on a l'impression de prendre le train sur une destination inconnue, mais en profitant du voyage, c'est trop cool! :D

Arrivez-vous à distinguer le babassu, l'huile de palme et le beurre de mangue?


Tout est fondu, c'est chaud... J'ai mélangé mes HE dans de l'argile blanche (à droite), en me croisant les doigts. J'ai vu que certaines savonnières font ça pour ancrer l'odeur...


Trace ultra rapide, je m'y attendais, je le souhaitais. Pas de surprise. J'ai pris la photo au moment où j'enlevais le bras mélangeur, mais j'ai continué à battre à la main ensuite pour uniformiser le tout.


Et maintenant, ben, on attend...


Il a été possible de le démouler et couper assez rapidement. Le timing était juste parfait pour utiliser l'étampe. Avez-vous vu mes adorables nouveaux moules en forme de coeur?



L'odeur est subtile voire quasi inexistante. J'ai fait une bête erreur de calcul : au lieu de 4% du poids des huiles en HE, j'ai mis 0,4% d'HE sans allumer qu'il y en avait bien peu. J'ai passé la journée précédente dans les crèmes et baumes et il semblerait que mon cerveau est parti en vacances au moment de faire le savon. Ça reste un bon savon, avec une odeur herbacée, légère, mais bien présente.

Et vous, qu'est-ce que vous récupérez dans le savon?

jeudi 6 octobre 2016

Barre détachante pour tissus

Je ne pensais pas être intéressée à faire des savons de ménage, mais j'ai reçu une barre 100% coco 0% surgras d'une charmante Nathalie L. (merci!) et j'ai été assez impressionnée par son efficacité pour enlever des vieilles taches que je croyais permanentes. Taches de gras de savonnière qui ne met jamais de tablier. Taches de vin rouge et autres inévitables rencontres avec des matières qui s'obstinent à nous gâcher le tissu.

J'ai du saindoux à passer. J'ai donc pesé ce qu'il me restait pour bâtir la formule. Un coco-saindoux avec fragrance Ocean Breeze de NDA. La fragrance sent le propre, mais je cherchais surtout une façon de la passer aussi, elle accélère la trace de façon dramatique, je ne veux donc plus l'utiliser dans d'autres savons pour cette raison.

La formule

Saindoux 31,1%
Huile de coco extra vierge 68,9%

Fragrance Ocean Breeze 3%

Eau déminéralisée et soude calculées pour un surgras de 0%


Le pouvoir nettoyant est fort et c'est ce que je recherche.

Faire ce genre de savon, c'est facile, gratifiant et rapide. Important de ne pas y aller trop fort avec le bras mélangeur parce qu'on peut se retrouver avec de la bouette épaisse, surtout après l'ajout de la fragrance. Je joins les gras fondus et la solution eau/soude à une température entre 25 et 35ºC, un petit coup de mélangeur, brasse à la main, un petit coup de mélangeur, brasse à la main. Quand l'émulsion est prise (couleur uniforme, mais pas de trace apparente), j'ajoute la fragrance, un petit coup de mélangeur et vite dans le moule. La fragrance peut faire du mélange un pain compact dans le temps de le dire, il faut travailler vite. La preuve : en versant, la pâte s'épaississait à vue d'oeil et j'ai dû égaliser en pesant et en sarclant avec une cuillère en silicone.


Je voulais le faire en SAFour, mais dix minutes plus tard, je le voyais déjà gonfler. Suivant les conseils de quelques expérimentées (merci à Patsch et madame Parfum), j'ai retiré le savon du four et l'ai laissé faire son travail sur le comptoir, à découvert. Il a été démoulé et coupé 4 heures plus tard, alors qu'il était encore chaud et maniable, mais déjà assez dur. Si je me fie à celles qui en ont fait, ce savon est cassant et dur à couper si on attend trop longtemps...

Désolée pour la mauvaise qualité de la photo, 
je voulais montrer le début d'un possible volcan alors que ça chauffait pas mal...


Je suis plutôt contente du résultat :)


Et de l'emballage ^_^


mercredi 5 octobre 2016

Gâteau aux carottes

Le nez dans le flacon, il me regarde avec ses beaux yeux couleur café...


- "Hmmm maman ça sent le gâteau aux carottes!"

Pour ce petit loup qui adore les desserts, j'ai décidé de faire un savon.

Mais c'est quoi cette fragrance?


Alors avant de commencer, je dois vous faire un aveu : je vends mes savons. Ça fait un petit revenu side-line et c'est un exercice intéressant pour comparer mes goûts avec ceux de la clientèle. Je fais tout comme il se doit, bonnes pratiques de fabrication, assurances, lois d'étiquetage, etc.

Si je vous dis ça, c'est que je veux continuer à écrire sur ce blog, mais je ne veux plus dévoiler systématiquement toutes les formules. Je vais dire les ingrédients, bien sûr, mais pas les proportions. Cela dit, je vais continuer à partager des formules, mais pas forcément celles de mes plus gros vendeurs. J'espère que vous comprendrez :)

Alors ce savon, il plaît déjà beaucoup, je l'ai fait et refait en version exfoliante au café, cette fois en version très légèrement exfoliante avec poudre d'orange. Il contient :

Huile d'olive
Huile de babassu
Beurre de cacao
Huile d'amande douce
Huile de coco
Huile de ricin

Lactate de sodium

Argile blanche
Oxydes rouge et jaune de Naples pour la couleur orangée
Dioxyde de titane pour le topping

Poudre d'écorce d'orange séchée

Fragrance Coffee cake & spice de NDA

PRÉPARATION

Les couleurs, oxydes mélangés dans un peu d'huile et dioxyde de titane dans un peu d'eau, la poudre d'orange et la fragrance (au fond)


Juste avant de mélanger


J'ai mixé jusqu'à la trace très légère, avec un petit stress quand la fragrance a un peu assombri la pâte. Ensuite, j'ai séparé ma pâte en 3/4 - 1/4. Dans la partie majoritaire, j'ai ajouté les oxydes et la poudre d'orange et dans l'autre partie, le dioxyde de titane. J'ai mixé à nouveau la partie orangée jusqu'à avoir une trace franche, puis j'ai versé dans 2 moules.


Ensuite, j'ai travaillé le reste de la pâte jusqu'à la trace épaisse. J'ai déposé doucement dans le moule avec une cuillère en silicone pour éviter que la pâte orangée bouge en dessous, puis j'ai travaillé le "glaçage" à la cuillère pour donner du relief, mais oh-que-je-ne-suis-pas-pâtissière!



L'odeur fait la job et je sens qu'on va se l'arracher celui-là... Ajouter des fragrances fait partie des changements vécus dans les derniers mois. J'ai réalisé que les gens achètent avec leur nez. On a beau vanter les divins ingrédients dans le savon, ils le sentent et ne le prendront pas s'ils n'en aiment pas l'odeur...

J'en connais un qui va être content!
Il va sans doute me dire que "ça pique" et continuer à utiliser les 100% olive non parfumés ^_^



lundi 25 juillet 2016

C'est l'été!


Pardon pour mon silence : j'ai été occupée à découvrir le Québec, plus précisément la région de Lanaudière, réservoir (du lac) Taureau. Belle nature et beaux sentiers où marcher près de l'eau ou en montagne, malgré les vampires ailés très voraces qui m'ont attaquée sans relâche. J'avais du chasse-moustique maison aux HE et du DEET "région sauvage", rien n'y fait. C'est comme ça. Heureusement qu'il y a le plantain (et la lavande!), ça aide une fois que le mal est fait.

Juste pour le plaisir...





Et maintenant? 3 articles dans 1, pour compenser mon absence.
La production de savon est recommencée, j'ai des idées de crèmes, baumes et lotions, mais tout cela demande du temps et de la disponibilité, chose après laquelle je cours désespérément et qui semble me filer entre les doigts...

Aujourd'hui je vais vous parler de :

1. Au secours : trop de macérats ou comment les recycler dans un savon!
2. Un savon récupération de camomille et lavande broyées avec du yogourt
3. Ma première expérience savonnesque avec du Crisco (ha ha! J'en ris encore!)

1.

Je l'ai lu, je le savais, mais j'ai la tête dure : j'ai fait bien trop de macérats huileux l'année dernière! Finalement, si j'ai refait 3 fois de l'huile de calendula, 2 fois de l'huile macérée avec camomille allemande et pleuré de ne plus avoir d'huile au sapin baumier, toutes les autres ont peu servi... Il m'a pris une rage de vider mes armoires trop pleines, alors c'est par là que j'ai commencé.

Comment on fait?

C'est tout simple : on calcule l'huile qui a servi de support à la macération.

Dans mon cas, comme j'aime l'huile de coco fractionnée, c'est celle que je retrouve le plus, mais j'étais un peu perdue pour formuler. Je me suis appuyée sur http://soapcalc.net/calc/soapcalcwp.asp pour concocter ceci :

Huile d'olive (mélange de macération de paprika sur olive extra vierge et huile d'olive raffinée) 50%
Huile de coco fractionnée (plantain et hélichryse) 20%
Huile d'amande douce 10%
Beurre de mangue 10%
Beurre de karité 10%

HE eucalyptus globulus 1%
HE tangerine 5 fold 2,5%
HE citron 5 fold 1%

Lactate de sodium 3%
Soude et eau calculés pour un surgras de 8%

J'ai pris l'habitude de recycler mes retailles de savon d'un savon à l'autre. J'ai remarqué qu'en recyclant des retailles qui datent, le risque de trouver ces affreuses taches oranges malodorantes augmente, alors je mise sur la récence : le dernier est joint au prochain, et ainsi de suite.

La couleur est le résultat de toutes ces rencontres entre macérats, HE, soude et retailles du savon précédent (scrub au café). C'est rigolo, on dirait que ça crée un sol pour la danseuse... Ça donne ceci :


2.

J'ai eu la surprise de voir un savon "recyclage" aux fleurs de calendula broyées obtenir un franc succès dans mon entourage. Alors lorsque j'ai filtré une nouvelle macération de camomille avec un peu de lavande, j'ai sorti mes notes pour le refaire, en y ajoutant du yogourt (grâce à cette inspiration), de la couleur et une nouvelle fragrance.

La formule, légèrement modifiée de l'originale

Huile d'olive (moitié moitié extra vierge et raffinée) 60%
Beurre de babassu 12,5%
Huile d'amande douce 10%
Beurre de cacao 10%
Huile de coco 5%
Huile de ricin 2,5%

Fragrance lavande anglaise (NDA) 3%
Lactate de sodium 3%

Argile blanche 1 c.à.t.
Argile rose 1/2 c.à.t.
Ultramarine une pincée
Ultramarine rose 1 demi c.à.t
Yogourt grec nature 1 grosse c.à.s.

Eau et soude calculés pour un surgras de 7%, soude concentrée à 40%

Fleurs de camomille allemande et lavande post macérat, broyées

Le yogourt a été ajouté aux huiles et mixé avant l'ajout de la soude. Les fleurs ont été broyées au mélangeur avec une partie des huiles. Les couleurs (argile et oxydes) ont aussi été mélangées ensemble avec une partie des huiles. J'ai rassemblé le tout juste avant d'ajouter la soude. Trace relativement rapide.

Pour le lactate de sodium, c'est toujours optionnel, mais je trouve que ça ajoute une petite douceur au savon, en plus de le durcir. Les fleurs broyées ajoutent une exfoliation douce, très agréable.


Avec retailles du savon d'avant (un castille)


Ma caméra ne capte pas très bien les nuances rosées, c'est dommage, car il a une belle couleur rose pâle toute délicate qui m'enchante...

3.

Maintenant rions un peu... Ça faisait un bout de temps que j'avais envie d'essayer le Crisco (graisse végétale) dans un savon... Je ne cuisine jamais avec ça, mais comme je l'ai trouvé sur Soap Calc, j'étais vraiment très curieuse de voir ce que ça pouvait apporter...


La formule m'a été inspirée par une des formules de cet article, où j'ai choisi de diviser la proportion de karité pour y glisser mon Crisco. Oui oui je sais, l'excellent article de Michèle parle des façons de remplacer l'huile de palme et voilà qu'on en trouve ici. C'est la formule qui m'a interpelée, d'ac?

Ça donne ceci :

Huile d'olive 50%
Huile de coco 25%
Crisco 15%
Beurre de karité 5%
Huile de ricin 5%

Mélange d'HE qui m'envoûte et m'enchante : 
Bergamote, benjoin, encens, cannelle, clou et patchouli
Lactate de sodium 3%

Eau et soude calculés pour un surgras de 5% soude concentrée à 35%

C'est là que ça devient drôle. J'ai ajouté les gras fondus aux huiles, versé doucement ma soude et déjà en bougeant le batteur dans la mixture qui résistait, je sentais que... Oh ho... Trace fulgurante! À peine quelques secondes de batteur et j'ai juste eu le temps de verser dans des petits pots de récupération, puis j'ai dû déposer des grosses mottes de "bouette" dans mon moule, en poussant la pâte avec la cuillère en silicone... Tant bien que mal, j'ai tenté un design à la cuillère en riant toute seule dans ma cuisine!



Donc si j'aime le rendu de ce savon, pas de réduction d'eau la prochaine fois et je bats à la main...


J'ai pas réussi à faire coller tous les morceaux, on voit les trous sur les côtés...


Il sent très très bon. C'est un de mes rares mélanges d'HE qui tient pendant des mois, mais il perd un peu de son intensité avec le temps. Il laisse aussi une odeur chaude, légèrement épicée, sur la peau, contrairement à la majorité de mes savons parfumés aux HE. Ce savon est un luxe, car la bergamote n'est pas donnée...

Les 3 savons ont été faits en mode ITMHP (in the mold hot process) ou SAFour (c'est la même chose) : passés au mini-four pendant 2 heures à 60-65ºC, puis laissés tranquilles dans le four éteint jusqu'à refroidissement. La haute concentration de soude (qui est synonyme de réduction d'eau) me permet de démouler et couper assez rapidement (7 à 10 heures). Je ne peux que conseiller la prudence et le port des gants si on choisit de faire cela.

Alors? Ça compense la longue absence? :)

À la prochaine!